Il existe plusieurs essences de bois qui s’adaptent à la construction d’une porte d’entrée. Certaines sont délicates, d’autres sont robustes. La qualité de l’ouvrage dépend, en grande partie, de la variété de bois utilisée. On entend par « qualité », sa capacité à passer les années sans se détériorer. Voici 3 variétés particulièrement indiquées pour la fabrication d’une porte d’entrée en bois.

Le bois de chêne

Voilà une essence prestigieuse que Bel’M n’a pas manqué d’exploiter pour enrichir son catalogue. Une porte d’entrée en bois de chêne est solide, durable et résistante. Dans le domaine de la construction, on l’utilise aussi bien pour la boiserie d’intérieur que pour la menuiserie fine ainsi que pour la menuiserie d’extérieur.

Moabi

Les pays africains suivant produisent ce bois : l’Angola, le Cameroun, le Congo, le Gabon, la Guinée Equatoriale et le Nigéria. Une porte d’entrée en bois de Moabi ne nécessite pas de traitement spécifique pour assurer sa préservation. En effet, il s’agit d’une essence qui ne craint ni l’humidité, ni les colonies d’insectes du bois. Par ailleurs, elle résiste aux champignons tout en ne se laissant pas dégrader facilement par les termites. Vous êtes ainsi exempté de toutes ces procédures, parfois fastidieuses, visant à exterminer les termites. Enfin, sachez qu’en plus des portes d’entrée, le Moabi est également très beau en parquet.

Movingui

On trouve cette essence principalement en Afrique (Bénin, Côte d’Ivoire, Gabon, Ghana, Nigéria). Le Movingui a plusieurs usages dont la menuiserie extérieure, la menuiserie intérieure, l’ébénisterie, des meubles classiques, le parquet et, naturellement, une porte d’entrée en bois. Il s’agit d’une variété de bois qui ne craint pas et n’attire pas les insectes. De ce fait, son traitement n’est pas contraignant et sa préservation est facilitée. Néanmoins, si vous vivez dans une zone à humidification permanente, une porte en movingui est déconseillée.